Vous pouvez cliquer sur n'importe quelle image pour l'agrandir. Pour revenir au blog, cliquez à côté de l'image agrandie. Bonne visite, et merci pour votre commentaire si vous ressentez l'envie de laisser une trace de votre passage.


mercredi 23 juillet 2014

Gelée de groseilles

C'est la première fois que je fais de la gelée de groseilles et j'ai rarement fait des confitures (une année, j'ai fait de la confiture de mirabelles mais ça remonte à plus de vingt ans déjà). J'ai eu envie d'essayer après avoir vu l'un de mes fils acheter un  pot de gelée de groseilles en hypermarché, me disant combien il avait aimé celle que ma maman faisait chaque année (mes parents avaient un jardin et beaucoup de groseilliers). C'est vrai qu'elle était bonne sa gelée, et elle nous en donnait chaque année quelques pots pour les enfants. J'ai donc tenté pour lui.
Je me suis rendue au marché et j'ai acheté une barquette de groseilles rouges. Je suppose que la barquette faisait 500 grammes mais j'ai oublié de demander. Je dis cela à cause des proportions car j'ai dû tout faire au hasard puisque je n'ai pas beaucoup d'ustensiles et rien pour peser.
Ensuite je me suis souvenue que maman avait un tamis (je n'ai pas mais j'ai une passoire à trous), un tissu blanc (je suis allée chez Eurodif et on m'a dit qu'il s'agissait d'étamine de coton. Ils n'en ont pas car il s'agit d'un tissu d'habillement et chez Eurodif ils ne font que l'ameublement). Je me suis rendue dans une droguerie mais vu le prix de l'étamine, j'ai pensé que je trouverais une autre solution, et j'ai trouvé. Puis recherche de sucre gélifiant - j'avais lu cela sur une recette de confiture dans un magazine pendant que j'étais en ville - et achat. J'ai lu tout à l'heure qu'avec les groseilles, c'est inutile. Si j'en refais, j'utiliserai donc le sucre roux que nous utilisons couramment. Enfin, il me fallait des feuilles de cellophanes pour fermer mes pots, feuilles achetées ce matin. Les pots sont des pots que j'ai récupérés, lavés, fait bouillir pendant vingt minutes hier soir et égouttés sur un torchon propre. Pas de bassine à confiture non plus mais un fait-tout émaillé a fait l'affaire. Et voilà, j'ai lavé, chauffé, écrasé les grappes hier soir, laissé égoutter toute la nuit dans mon chiffon blanc (propre et ébouillanté lui aussi) sur ma passoire en  métal, ai récupéré le jus en début d'après-midi, l'ai mis dans le fait-tout, ai ajouté du sucre gélifiant, laissé bouillir 3 à 4 minutes et enfin versé dans les pots : inutile de dire qu'avec les achats (sucre, groseilles et feuilles de cellophane) le prix de revient de chaque pot n'est pas négligeable :-D  Comme je n'ai pas pu peser le jus obtenu, j'ai fait une approximation pour le sucre. Il me reste à attendre pour voir si la gelée prend (pour le moment c'est encore bien liquide). En tout cas, c'est joli ! Et puis, si cette gelée est réussie et que j'en refais, les pots reviendront moins cher puisque je n'aurai plus que les groseilles à acheter (2,90 euros la barquette au marché, d'un poids que je suppose être de 500 grammes).

lundi 21 juillet 2014

Le retour

Les jours passent, les semaines aussi, pour ne pas parler des années mais ça c'est une autre histoire... Alors pour mon retour (sur la toile et non en Lorraine puisque je n'ai pas quitté ma région pour autant), j'ai préparé quelques photos qui vous en diront plus long sur ces dernières semaines.
Je vous fais grâce des feux d'artifice du 14 juillet que je suis allée voir avec ma fille B. , première sortie pour moi depuis longtemps, qui m'avait fait chaud au cœur. Mais bon, ces feux n'avaient rien d'exceptionnel même si le moment fut pour moi très agréable. Le lendemain, invitation au restaurant par ma fille. Un vrai bonheur !


Après ce repas délicieux et fort apprécié, nous nous sommes rendues place Stanislas à Nancy pour assister au spectacle d'été de son et lumière.







Dans la semaine, nous eûmes mission de prendre soin d'un jardin et je n'ai pas manqué de remarquer cette jolie coccinelle capturée spécialement pour Passion. Ma fille B. m'a aidée pour la mise au point en macro car avec mes yeux de myope je n'arrivais pas à obtenir la netteté sur la gentille bêbête à bon Dieu. Dur dur d'avancer en âge (non, je n'ai pas dit "en nage").


Arrosage du jardin. Là, c'est exceptionnel. Un arc en ciel prenait naissance à l'endroit même où j'arrosais. Y avait-il un trésor caché au pied ? Nous n'avons pas cherché. Juste saisi l'instant. Magique !



Un arc, puis deux !!!  C'était trop beau. Et je ne devais pas déplacer le jet car il était précisément LA !!!

Deux ou trois jours plus tard, surprise par ma fille en train de négocier avec l'âne... Non, il n'a pas eu la salade. Juste une poire dont je sais qu'il est friand puisqu'il n'hésite pas à se servir tout seul dans l'arbre en tendant le coup et se hissant sur la pointe des sabots. Sacré Benjamin ! Euh.... Sacré Capuchon ! (Benjamin est l'âne de ANIMAL FARM de George Orwell - il me fait penser à lui).

Je voulais juste le caresser entre les deux oreilles, mais sans me faire mordre... La salade, c'est pour nous. Elle était délicieuse.

Capuchon aime varier les desserts. Pas tous les jours la même chose. Ici, il a repéré le mirabellier. Hmmm.... Elles sont déjà très bonnes les mirabelles de Lorraine, surtout lorsqu'on va à "la rapine".


Et j'ai gardé le meilleur, ou plutôt la meilleure, pour la fin : Sarah, la fille de ma fille aînée, qui est née le 13 juillet 2014 à 22 h 16. Un adorable bébé de presque 4 kilos. Désolée, j'ai oublié les mensurations exactes. Mais en tout cas, elle est ravissante (et minuscule, comme tous les bébés) !

mercredi 2 juillet 2014

Des nouvelles de la pétition (voir message précédent)

Des nouvelles de la pétition que m'avait transmise Sabine, de "Chemin je t'aime".
Je vous fais un "copier-coller". Si vous voulez signer la pétition, le lien est sur le message précédent. Merci pour eux (je rappelle que je ne connais pas du tout cet endroit mais j'ai été touchée par l'appel à signer une pétition, ne serait-ce que pour la préservation des emplois, cause qui me tient d'autant plus à cœur que je ne connais que trop bien les situations de précarité et les angoisses qui vont avec).

Suppression du gite de la Fourdonne : quelques nouvelles

Citoyens vigilants DE SAINT CIRQ LAPOPIE

28 juin 2014 — A ce jour, vous êtes presque 500 à avoir soutenu la pétition contre la suppression du gîte communal de la Fourdonne.
Parmi les 183 signataires lotois, 28 habitent Saint Cirq Lapopie, 17 sur une commune limitrophe. La pétition a recueilli des signatures des 4 coins de l'hexagone (267), ou de l'étranger (34). Des personnalités du milieu de la randonnée, voyageurs, hébergeurs, prestataires, ont également signé et relayé.
Soyez tous remerciés pour votre soutien.
A l'occasion du conseil municipal du 19 juin dernier, la pétition en ligne (totalisant alors 345 signatures) et la pétition papier (50 signatures) ont été remises à Gérard Miquel, maire de Saint Cirq. Celui-ci a opposé une fin de non recevoir aux demandes exprimées à savoir le maintien du gîte de la Fourdonne et l'organisation d'un débat sur le devenir des bâtiments communaux. Le gîte devrait donc être fermé le 30 septembre prochain pour être transformé en mairie.
Pour autant, la mobilisation doit continuer car il reste un peu de temps pour peser sur l'action municipale. Recueillir 500 SIGNATURES DE PLUS serait un objectif honorable pour notre pétition. C'est pourquoi, nous vous demandons de solliciter vos réseaux personnels et de rallier vos amis à notre cause.
Encore merci pour votre appui.

mardi 17 juin 2014

Pétition - soutien

Par soutien à Sabine - Chemin je t'aime - je publie son appel à signer une pétition pour empêcher la suppression d'un gite communal accueillant randonneurs et pèlerins.
 
Le gîte d'étape de la Fourdonne à Saint-Cirq Lapopie est un service communal au public créé il y a 20 ans. Lors du conseil municipal du 16 mai dernier, sa suppression a été annoncée, motivée par le déménagement de la mairie dans le bâtiment de la Fourdonne.
Le gîte offre la seule possibilité d'hébergement de groupes dans le village. Il accueille dans un cadre d'exception, les randonneurs et pèlerins qui empruntent la dérivation du chemin du Puy en Velay par la vallée du Célé (GR651). Il participe ainsi à la qualité et à l'image du site auprès d'usagers toujours plus nombreux.
Son fonctionnement n'est pas déficitaire et pérennise un emploi à mi-temps pour l'accueil et le ménage. Il attire des randonneurs qui font aussi travailler commerçants et restaurateurs du village.
Jumelé au théâtre de plein air et à la salle commune, il permet d'organiser en demi-saison, des stages de loisirs récréatifs ou des résidences créatives. Il fournit un hébergement de dépannage aux artistes qui se produisent à la Fourdonne.
Sa suppression amorce également le démantèlement de la Fourdonne comme outil culturel.
Que vous connaissiez ou non le gîte de la Fourdonne, votre soutien pour le maintien d'un tel hébergement au CŒUR du village est plus que bienvenu.

Lien pour signer la pétition : cliquez ici


Ouverture des épreuves du baccalauréat 2014

Hier, lancement des épreuves écrites du bac session 2014. Certaines séries commençaient hier matin à 9 h 30. Ce fut le cas en bac professionnel, avec l'épreuve de français. Après l'étude de 3 documents portant sur "la parole en spectacle", une réflexion à mener sur la parole : "Selon vous, une parole pour convaincre dans la défense d'une cause politique est-elle plus efficace quand elle est portée avec fougue ou quand elle est dite posément ?". Vaste question. Encore faudrait-il que cette parole, dans le domaine précité, soit suivie d'effet, le tout n'étant pas de convaincre juste pour obtenir l'adhésion du public visé. Mais là n'était pas la question ni le débat visant à évaluer les compétences d'écriture des candidats. Alors, qu'en pensent ces derniers après une heure de de réflexion ? (l'épreuve durait 2 h 30 et aucune sortie n'était autorisée avant la moitié du temps de l'épreuve). Plus efficace dite avec fougue ou dite posément ?

dimanche 15 juin 2014

Lettrines

Lettrine

Lettrines

Une lettrine est une lettre initiale majuscule décorée placée en tête d'un texte et occupant une hauteur supérieure à la ligne courante. Les autres lettres du premier mot sont généralement en petites capitales.
Comme lettre ornée, elle commence et décore une inscription, un paragraphe ou un chapitre d'ouvrage. Les moines du Moyen Âge cultivaient l'art de la lettrine dans leurs enluminures. Avec l'invention de l'imprimerie, la lettrine est devenue un ornement typographique. Elle peut provenir d’une vignette conçue à cet effet ou d’un caractère plus grand de la même police d'écriture ou d’une autre sorte.
En typographie, l'emploi du terme lettrine dans son sens actuel ne date que de la fin du XIXe siècle. Auparavant il désignait une petite lettre entre parenthèses destinée à indiquer un renvoi. Ce que nous appelons aujourd'hui lettrine s'appelait lettre grise quand elle était incluse dans une vignette ornée, puis lettre de deux points quand, en se simplifiant, elle n'a plus été que composée dans un corps plus gros, plus ou moins sur la valeur de deux lignes, parfois dépassant du texte, parfois emboîté dans celui-ci.
Les lettrines ont évolué au fil du temps et aujourd'hui elles sont devenues des majuscules. Source : Wikipédia

samedi 14 juin 2014

Anecdote

Je profitais de l'ombre bienfaisante, hier en fin d'après-midi, d'une fontaine de la bien connue place Stanislas à Nancy, ainsi que des bienfaits des ions dispensés par l'eau qui tombait en cascade, quand mes yeux furent attirés par un spectacle amusant. Les passants, avec ou sans enfants, s'amusent souvent à tremper leurs mains et à s'éclabousser de l'eau qui remplit le bassin, ce qui fait que bien entendu les dalles de sol avoisinantes sont trempées. Mon regard était tourné vers la gauche de la fontaine près de laquelle je me trouvais lorsque sorti de nulle part (d'un angle mort pour moi), je vis atterrir sur le trottoir un pigeon emporté par sa vitesse et qui n'avait pas prévu que le sol était mouillé et a dû faire un atterrissage et un freinage forcés sur au moins 50 à 60 cm, les pattes complétement à l'horizontale sur le sol, les "doigts de pieds" en éventail ;-D 
Il s'est vite rétabli mais on voyait qu'il avait été bien surpris par cette glissade imprévue. J'ai essayé, à partir de la photo que j'ai prise de lui après cette scène amusante, de reconstituer ladite scène en image.
 
Je n'ai pas vraiment réussi à rendre la vitesse de la glissade ni le côté insolite de la scène

Pour vous rassurer : il va très bien et a pu aller picorer les miettes convoitées